Paris, 28 juin 2013 : le mouvement sol se donne une nouvelle charte

Quelques annnées après sa création par l’association, la monnaie complémentaire sol poursuit son expansion un peu chaotique sur l’Hexagone, notamment en fédérant d’autres monnaies locales. Sa nouvelle charte illustre cette volonté de dynamiser le mouvement sol en ouvrant large ses portes aux adhérents sur la base d’une plateforme éthique commune pour le développement d’une autre économie… plus solidaire.

 

Mais non les monnaies complémentaires ne sont pas mortes nées ! Bien au contraire. Le sol, avec l’adoption d’une nouvelle charte le 28 juin à Paris en AG extraordinaire ouvre notamment large ses portes pour laisser adhérer le plus grand nombre afin de donner à son mouvement un véritable dynamisme. Quelques années après sa création, par cette stratégie, sol s’assure depuis un an une visibilité plus grande. « Ce n’est pas une OPA sur les autres monnaies. Nous sommes tout simplement compatibles avec elles grâce à une technologie élargie avec une carte de paiement électronique sans contact », explique un des membres fondateurs de l’association.

 

Une monnaie complémentaire universelle : loov*

 

Pour autant l’avenir des monnaies complémentaires, particulièrement adaptées au secteurs de l’économie social et solidaire (ESS), du commerce de proximité et de l’art, évolue dans un paysage un peu bouché. D’une part en raison d’une réglementation inexistante au niveau international les concernant. D’autre part en raison d’un frilosité des politiques qui hésite à les prendre compte dans la future loi sur l’ESS. Pour autant, l’apparition de la monnaie complémentaire universelle loov, créée par un laboratoire de l’institut Mines Telecom (Evry), pourrait bien changer la donne. L’once d’or virtuel (loov) se manipule en temps réel via un smartphone ou tout autre moyen de connexion grâce à une technologie très performante qui vient de faire son apparition* au niveau international. « L’intérêt de cette technologie innovante, aux multiples usages grâce à la réalité augmentée, est de fonctionner en auto-financement et d’utiliser le mode ludique pour échanger et communiquer à travers des parcours à récompenses pour les utilisateurs

», détaille Gilbert Réveillon, créateur de loov et enseignant-chercheur à Telecom SudParis, qui depuis trois ans sillonne la planète pour faire avancer son projet.

 

* marque déposée

 

À propos de admin

Peintre, journaliste
Cette entrée a été publiée dans Economie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire